Pourquoi un Plan Climat Energie Territorial ?

Face aux changements climatiques et à l'augmentation des prix de l'énergie, le Pays des Vosges Saônoises s'est engagé en 2012 dans une démarche de Plan Climat Energie Territorial (PCET).

Ce Plan Climat Energie Territorial est un plan d’action à mettre en œuvre à l’échelle locale permettant d’atténuer l’impact de l‘homme sur le climat (réduction des émissions de gaz à effet de serre et des consommations énergétiques) et d’adapter le territoire aux effets du changement climatique.

Qu'est-ce que l'effet de serre et le changement climatique ?

Lorsque le rayonnement solaire parvient à la surface de la planète, une partie du rayonnement est absorbé par la planète et une autre partie est renvoyée vers l'espace sous forme de rayonnement infrarouge. Les gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone (CO2), le méthane, le protoxyde d'azote ou les halocarbures absorbent une partie de ce rayonnement infrarouge et réchauffent la basse atmosphère. On parle alors d'effet de serre.

Grâce à ce phénomène, la Terre présente une température moyenne de 15°C. Sans effet de serre, la température moyenne serait de -18°C, rendant impossible la vie sur Terre telle que nous la connaissons actuellement.

L'effet de serre est donc initialement bénéfique. Mais depuis la révolution industrielle, l’homme ajoute des quantités importantes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, notamment :

  • du dioxyde de carbone : émis lors de la combustion d’énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz), par l’industrie, ou par la déforestation;
  • du méthane : émis par l’élevage intensif, la riziculture, les ordures ménagères, … ;
  • du protoxyde d’azote : émis par l’usage intensif des engrais ;
  • des halocarbures : émis par les gaz réfrigérants, les gaz propulseurs pour les bombes aérosols ou dans certains procédés industriels.

Ces gaz s'accumulent dans l'atmosphère et accentuent l'effet de serre ce qui entraîne un dérèglement climatique à l'échelle de la planète.

Les relevés climatiques effectués indiquent ainsi que la température moyenne de la planète a augmenté de 0,74°C en un siècle (sur la période 1906-2005) et le phénomène s’accélère car l’augmentation des températures est deux fois plus rapide sur les 50 dernières années.

Si le réchauffement est généralisé à l’échelle planétaire, il n’est pas uniforme : en France, la température a augmenté de 1°C tandis qu’au pôle sud la hausse est de 3°C. En Franche-Comté, la hausse des températures au cours du XXème siècle est de 0,7°C (graphique ci-dessous). Deux phénomènes illustrent concrètement ce réchauffement dans notre Région: le massif jurassien a perdu un mois d'enneigement entre 1960 et 2000 et l'ouverture des vendanges est de plus en plus précoce.
 

Relevé des moyennes annuelles de la température à Besançon(1900 - 2008)

Le réchauffement climatique, qui affecte la planète dans sa globalité, se traduit localement par un changement du climat. A l'avenir, les phénomènes climatiques extrêmes comme les sécheresses, inondations, vagues de chaleur ou de froid, incendies, cyclones (...) risquent d’être plus fréquents et plus intenses.

En quoi le PCET est une réponse à ces problèmes ?

Le climat n'a pas de frontière et le réchauffement climatique concerne autant le Pays des Vosges Saônoises que le reste de la planète. La lutte contre le réchauffement climatique est un problème planétaire mais qui se résoudra grâce aux actions menées à l'échelon local.

L'Europe et la France se sont engagées dans des démarches de réduction des émissions de gaz à effet de serre et ont notamment fixé les objectifs dits des « 3x20 » dont le but est, d’ici 2020 :

  • de réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre
  • de réduire de 20% les consommations énergétiques
  • d’atteindre 20% d’énergie d’origine renouvelable (en Franche-Comté, cet objectif a été fixé à 32%)

Le PCET du Pays des Vosges Saônoises est un plan d'actions mises en oeuvre localement afin de participer à la lutte contre le changement climatique. Ce plan d'actions a été défini en 2013 et mis en oeuvre jusqu'en 2018. Il est composé de 25 actions et abordent les thématiques de la mobilité, l'habitat, les énergies renouvelables, l'éclairage public, la méthanisation,...

Ce premier plan d'actions a fait l'objet d'une évaluation durant l'été 2018 et un second plan d'actions sera défini à l'automne 2018.

Haut de page